6 chiffres qui prouvent que votre stratégie digitale doit intégrer les usages mobiles

6 chiffres qui prouvent que votre stratégie digitale doit intégrer les usages mobiles 1

N’en doutez plus : avec l’évolution des usages et la prépondérance des terminaux nomades, l’avenir de votre stratégie digitale passe par l’intégration du mobile à vos leviers d’acquisition et de communication. En effet, les usages mobiles ne sont pas seulement en train de révolutionner le quotidien de milliards d’êtres humains : ils chamboulent également les méthodes des marketeurs sur toute la planète. Vous en doutez encore ? Vous ne croyez pas à la hype des smartphones ? Découvrez 6 chiffres qui vont vous faire changer d’avis et vous démontrer l’importance des usages mobiles.

73 % des Français possèdent un smartphone

Depuis son lancement il y a dix ans, le smartphone n’a cessé de gagner des parts de marché. Cette conception nouvelle du téléphone, née avec l’iPhone d’Apple, a joué un rôle déterminant dans l’évolution des usages mobiles. Et ça continue, puisque la puissance grandissante des smartphones tend à augmenter le nombre de « mobinautes » (internautes qui utilisent Internet depuis leur appareil mobile), au même titre que l’arrivée sur le marché des tablettes tactiles.

Ce faisant, on note une progression importante des smartphones en 2017, avec + 8 points sur un an (à 73 %), contre seulement 17 % de possesseurs en 2011. Le marché des tablettes se porte également très bien, avec + 4 points (44 % de possesseurs). On constate même que le téléphone mobile est désormais mieux implanté en France que son grand frère fixe, avec 94 % d’appareils contre 86 % ! (Chiffres issus du baromètre du numérique 2017.) Preuve que les usages mobiles ne sont pas prêts de se renverser !

42 % des utilisateurs se connectent à Internet depuis leur smartphone

Considérant cette évolution très rapide des usages mobiles, il n’est pas surprenant que le smartphone ait fini par dépasser l’ordinateur pour ce qui est du temps passé sur Internet. Selon le baromètre du numérique 2017, 42 % des Français affirment préférer leur smartphone pour se connecter au web, contre 38 % qui privilégient encore l’ordinateur (et 7 % la tablette). Ils sont 64 % à surfer sur Internet de façon régulière à l’aide de leur smartphone.

Ici, il faut toutefois différencier les usages mobiles. Si 76 % des utilisateurs continuent de travailler sur ordinateur, ils sont 61 % à consulter les réseaux sociaux depuis leur smartphone, 43 % à jouer en ligne, et 40 % à regarder des vidéos. Les achats ne représentent que 23 %, mais ce chiffre augmente constamment. Cela veut dire que vous ne pouvez plus vous passer d’avoir des pages web mobile friendly !

6 chiffres qui prouvent que votre stratégie digitale doit intégrer les usages mobiles 2

Plus de 436 000 recherches mobiles sont effectuées à chaque minute sur Google

C’est la preuve incontournable que votre stratégie digitale doit prendre en compte les usages mobiles, puisqu’un nombre astronomique de recherches Google sont effectuées depuis smartphones et tablettes : 436 000 à chaque minute ! (Source : Comarketing) De fait, si votre site web n’est pas au niveau technique, vous risquez fort de perdre une clientèle potentielle importante.

Ce qui implique deux choses : d’une part, vous devez être au point sur les nouveautés SEO à intégrer dans le domaine des usages mobiles, par exemple les possibilités offertes par le format AMP. D’autre part, il vous faut prendre en compte l’évolution des usages mobiles relatifs aux technologies innovantes, notamment les interfaces qui boostent la recherche vocale, car les requêtes orales sont fort différentes des requêtes écrites.

Les usages mobiles sont trustés par les applications à 80 %

Mais que font les mobinautes sur leur téléphone et leur tablette ? La réponse est donnée dans une étude réalisée par ComScore (« Les usages mobiles à travers le monde ») : ils passent l’essentiel de leur temps, soit 80 %, à utiliser des applications mobiles. Pour autant, pas la peine de vous précipiter sur les premiers outils qui viennent pour lancer votre propre plateforme : ce temps passé sur les applis est concentré sur un « top 30 » qui, à lui seul, représente entre 41 et 61 % des heures dépensées par les mobinautes. Notez également que dans l’Hexagone, ces usages mobiles sont également très développés, puisque 55 % des utilisateurs téléchargent des applis (baromètre du numérique 2017).

Par conséquent, même s’il est intéressant de lancer une application, il est surtout important de le faire avec soin, en confiant sa conception à un professionnel du développement web. Et de veiller à proposer un outil aussi pratique que performant : pour 72,7 % des utilisateurs, la lenteur d’une application est le premier motif de désinstallation (baromètre des usages mobiles 2017).

Pour 71 % des utilisateurs, l’application mobile reflète la marque

Parce que les applications mobiles ont la cote, un grand nombre d’acteurs commerciaux ont lancé leur propre outil – parfois à la va-vite et sans toujours se préoccuper de leur qualité. Or, s’il est aisé de développer une application mobile de base pour sa marque, il faut savoir que la qualité de cette appli reflète la qualité de l’entreprise qui l’a produite, pour 71 % des utilisateurs (baromètre des usages mobiles 2017). En somme, si votre application est inutile et bourrée de bugs, c’est votre image de marque qui risque d’en pâtir !

D’autant plus qu’en raison des nouveaux usages mobiles, 26 % des utilisateurs estiment que l’utilisation positive d’une appli peut les amener à se rendre en magasin et à passer à l’achat ; tandis que 43 % se servent de l’application d’une marque en guise de carte de fidélité.

6 chiffres qui prouvent que votre stratégie digitale doit intégrer les usages mobiles 3

63 % des mobinautes regardent des vidéos sur leur smartphone

La vidéo occupe décidément une place à part dans l’univers du marketing digital. Et de plus en plus, ce format très apprécié des internautes se mêle aux usages mobiles, puisque 63 % des mobinautes consultent des vidéos chaque jour depuis un smartphone ! (Étude Groupe pratique.) L’essor des clips de courte durée sur Facebook, Snapchat ou Instagram y est sans doute pour quelque chose, ainsi que la présence de YouTube sur tous les téléphones Android, de base.

Néanmoins, ces usages mobiles tendent aussi à changer la façon dont les vidéos sont consommées : la même étude nous apprend que les vidéos de 5 minutes et moins sont bien plus regardées (29 %) que les vidéos de plus de 20 minutes (12 %). Pour se conformer à ces usages, 46 % des annonceurs produisent des contenus moins lourds qui se chargent plus vite sur mobile. En outre, il est indispensable de prendre en compte l’importance du référencement naturel sur mobile : pourquoi ne pas en parler à votre consultant SEO ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *