Comment augmenter l’impact de vos newsletters ?

Quelques astuces pour améliorer l’impact de vos campagnes emailing.

L’emailing est pratiqué par de nombreuses entreprises, pour des raisons différentes : construire un lien avec une cible, fidéliser la clientèle, attirer l’attention sur des promotions en cours ou encore susciter l’engagement. Dans tous les cas, toute personne s’occupant de l’envoi massif d’emails s’aperçoit, le plus souvent, que le taux de messages non lus est important, que les personnes qui ouvrent l’email ne cliquent pas pour autant sur les liens pointant sur le site – et que les réactions à ces messages sont globalement mitigées. Pourtant, il est possible, avec quelques astuces, d’augmenter considérablement l’impact de vos campagnes emailing.

Réaliser des tests avant envoi pour déterminer le meilleur titre

Afin d’espérer un taux d’ouverture maximal sur votre newsletter, pensez à tester vos titres avant de réaliser l’envoi. Concrètement, la meilleure solution reste de réaliser un « test A/B ». Autrement dit, vous choisissez une « Version A » et une « Version B », deux titres entre lesquels vous hésitez. Vous réalisez des envois à un petit panel pour voir les tendances et déterminer quel titre donne le plus envie d’ouvrir le message. A noter que de nombreux programmes d’emailing incluent cette fonctionnalité de « test A/B », à l’image de MailChimp, l’un des plus utilisés.

Opter pour des envois ciblés après segmentation

Parmi toutes les adresses email incluses dans votre solution emailing, plusieurs profils se dessinent sans aucun doute. Ainsi, avant d’envoyer un email semblable à tous ces individus, demandez-vous s’il n’est pas plus pertinent de segmenter votre cible. Il peut être efficace, par exemple, de demander aux utilisateurs quelques informations (préférences, situation géographique, tranche d’âge) avant l’inscription à la newsletter – pour vous aider à mieux connaître vos destinataires.

Finalement, pour augmenter vos chances d’envoyer des emails qui seront ouverts, lus et déclencheront une réaction positive, ne réalisez pas un seul message pour tous vos destinataires.

S’assurer de la compatibilité avec le mobile avant envoi

On reçoit, de nos jours, beaucoup trop d’emails qui ne sont pas bien pris en charge par nos smartphones. Pourtant, à l’heure où les utilisateurs sont de plus en plus nombreux à consulter leurs boîtes mail via le téléphone mobile, il va de soi que votre newsletter doit être « mobile-friendly ». Pour cela, limitez autant que possible l’usage d’images lourdes. Si votre message est impérativement illustré, il faut privilégier la qualité d’images suscitant l’émotion, l’urgence ou l’engagement à la quantité.

Par ailleurs, vos titres doivent être courts et concis, tout comme les contenus écrits qui, d’une façon générale, vont idéalement à l’essentiel. Enfin, votre « call-to-action » renvoie systématiquement le lecteur vers une page adaptée à tous les supports.

Bien travailler votre "call to action" pour donner envie de cliquer !

Créer un objet qui donne envie d’en savoir plus

L’objet est l’un des éléments qui mérite le plus de travail dans vos newsletters, puisque c’est lui qui va déterminer votre taux d’ouvertures. Sur la forme, vous devez absolument donner envie à l’internaute d’en savoir plus : une formulation du type « comment faire pour… » avec une idée très convoitée par la cible peut se révéler très efficace. D’une façon générale, tout ce qui suscite la curiosité permet de créer un objet augmentant le nombre d’ouvertures.

Dans un autre esprit, l’usage de verbes d’action peut vous être profitable, surtout si vous voulez inciter à l’achat – sachant qu’il est utile de coupler ces verbes avec des termes qui, sur le plan sémantique, renvoient à la sensation d’exclusivité (« secret », « réservé », etc.).

Concernant sa longueur, l’objet est idéalement facile à lire depuis la boîte mail : les premiers mots sont décisifs puisque, suivant le programme utilisé par l’internaute, la suite de l’objet pourra être coupée. D’une façon générale, on conseille de ne pas aller en dessous des 5 mots et de ne pas dépasser les 10 mots (ou 50 caractères si l’on veut s’adapter au mobile).

Des call-to-action efficaces pour augmenter le nombre de clics

Votre destinataire a ouvert le message : il s’agit d’un premier point positif. En revanche, désormais, il faut capter son attention pour qu’il s’intéresse à vos contenus et se dirige là où vous souhaitez l’emmener.

Concrètement, un même email peut contenir plusieurs call-to-action : vous pouvez, par exemple, créer une newsletter avec 3, 4 ou 5 articles d’actualité – et autant d’incitations au clic. Il est donc important, dans ce type de mails, de bien hiérarchiser l’information et de donner un maximum d’importance aux pages qui, selon vous, méritent davantage d’être consultées.

Vos call-to-action, pour être percutants, doivent être bien visibles. Par ailleurs, il n’est pas interdit d’offrir une contrepartie à l’utilisateur s’il se dirige vers votre site. Par exemple, pour un appel à l’action sur une boutique e-commerce, vous pouvez offrir à celui qui clique une réduction immédiate. Pour des articles d’actualité, misez plutôt sur la curiosité ou l’obtention d’une information à forte valeur ajoutée.

Vous l’aurez compris, la qualité du contenu est un facteur indispensable pour donner du sens et de l’impact à vos newsletters: qu’il s’agisse de l’objet, des images ou du texte, tout doit être soigné pour un maximum de clics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *